15 janvier 2010

(l'interrègne)

 

Chapitre 21

 

« L’interrègne ».  (2372  -  2380)

 

Aqua  -  Juillet 2372.

 

La cellule de hautes pressions atmosphériques d’hiver campait jadis saisonnièrement au dessus de la région de Tachkent. C’était l’anticyclone le plus puissant de Terra. Elle s’était depuis décalée quelques peu vers le nord, sous l’effet du réchauffement global. Elle prenait à présent ses quartiers du côté de Tobolsk et de Yakoutsk, en sibérie. L’été, elle allait sagement reprendre sa place dans le pacifique nord, histoire de rééquilibrer thermodynamiquement le bilan radiatif annuel de la planète bleue. La dépression d’été, à qui elle cédait traditionnellement la place sur l’Asie centrale était remontée de 500 Kms, elle aussi.

 Shwafhna, la jeune femelle orque élevée par les baleines, une fois relaxée par ses mentors, avait donné rendez-vous à ses parents sur son lieu de naissance, en Pacifique nord, justement, près des rivages de l’île Urup dans les Aléoutiennes. Un ciel clair et un soleil radieux, conquérants, inondaient donc de lumière et de chaleur les fraîches tranches d’eau de la surface d’Aqua. Le chapelet des îles Aléoutiennes et les eaux territoriales alentour - depuis longtemps - étaient devenu territoire Chartiste « international ». Les russes, les japonais et les nord-américains n’étant jamais parvenus à un accord à l’amiable à leur sujet. Vrsha et Bshannan y parvinrent depuis l’atlantique en traversant l’océan arctique, tandis que Krtk et la belle Zwyzy remontaient depuis les Célèbes les y rejoindre. Après une quinzaine de jours de sillages sur place, essentiellement consacrés à la joie des retrouvailles, agrémentées de nombreuses et savoureuses parties de sondages alimentaires, les cinq cétacés entrèrent en palabres.

 « Tu dois décider quelle sera ta zone maritime de rattachement, Shwafh. » - Disait Bshannan.

 « J’avais pensé au secteur des Kerguelen… » - Répondit la jeune orque qui ne parlait de cet endroit que par ouï-dire, puisqu’elle n’avait jamais fendu ces parages lointains de l’hémisphère aquatique sud de ses propres nageoires.

 « Hmm…Il y’ a un - clek - Centre cétacé chartiste là-bas - fort petit ! » - Cliqueta Krtk.

 « Je pourrais aller au Centre de Perth et à celui de Port Saint Johns pour les enseignements et les maintenance d’Implants compliquées, non ?! – Père. » - émit Shwafhna en sonar.

 Vrsha se frotta contre sa fille en nage lente, elle ne se rassasiait pas du contact avec les effluves de sa fille retrouvée – « Comme tu y vas ! Je sais bien que nous autres, cétacés, étonnons toujours les marins bipèdes par notre rapidité à voyager sur les vagues d’Aqua, l’Afrique australe et l’ouest Australien ne sont pas le récif à côté par rapport aux Kerguelen. »

 Zwyzy se tenait un peu à l’écart de la discussion. Elle s’approcha.

 « Je connais quelqu’un là-bas - au Centre d’étude océano des Kerguelen. » - Siffla t’elle.

 « Qui ? » - Questionna Krtk, toujours curieux de tout.

 « Un bipède glabre veto Biotech un peu fantaisiste,. Il a toujours voulu agrandir et renforcer les capacités du Centre spé Cétacé de leurs petites îles.»

 « Comment s’appelle ce – Clic – charmant jeune homme ? » - Demanda Vrsha.

  Zwyzy la Tursiops effectua un saut périlleux de plaisir : « Ce n’est pas un – clic – jeune homme – C’est un – clac – vieux barbu – il s’appelle monsieur Jean de la Barre, c’est un – cloc – nutritionniste – clic – spécialiste biotech des systèmes digestifs des animaux marins. »

 Bshannan, l’éduqué, cliqueta en mode interrogatif en direction de sa chère mère - « Je connais ce nom ! Ce n’est pas lui qui s’est occupé des tortues des Galápagos au siècle dernier ? ».

 « Si ! Grâce à lui et à ses manipulations « tortueuses », quoique extrêmement efficaces, les grosses tortues d’Aqua digèrent maintenant les polyvinyles et, ainsi, elles ne se tapent plus des occlusions intestinales mortelles à chaque vieux sac plastique que ces idiotes s’obstinent toujours à confondre avec des méduses…» - Répondit Zwyzy.

 « Excellent ! Tu pourras toujours lui demander un – clic – cachet pour la digestion, si tu te sens – cloc - barbouillée, ma chère – clac – fille. » - Plaisanta Krtk. Shwafhna lui semblait en pleine forme physique, mais il la trouvait sur la réserve – « Sûrement un effet de son éducation pour le moins inhabituelle. » - Songea le gros orque. Il voulut se rassurer un peu :

 - « Les...Ba et les Bû d’Antarctique ne risquent-elles pas de te – clac - poser des problèmes, Shwafhna, après nos – clek - affrontements ? » - Demanda t’il à la magnifique jeune orque.

 - « Non, père Krtk. Je suis l’Infante d’Aqua. Toutes les baleines n’y accordent pas une foi inébranlable...ça viendra... Néanmoins, aucune, j’en suis sûre, ne me causera de réel souci. » - L’assura Shwafhna. – « De toute façon, je ne serai pas seule aux Kerguelen… »

« Qui t’accompagnera ? Une géante ? » - S’énerva Vrsha en fouettant l’onde de sa caudale.

 « Non, mère Vrsha. Jdeyfsh…euh, je veux dire : l’ermite fou, m’y rejoindra au printemps austral : C’est un Tursiops pur jus - un ami, pas un baleinoptère - par le grand calmar ! »

 « Jdeyfsh ?! Jdeyfsh O’Feysh, de l’île de Man ?! Il vit donc ? » - S’exclama Bshannan en cliquetis exacerbés, osant même s’approcher tout près de la tête de Shwafhna.

 « Tu le connais ? » - S’étonna Shwafhna en émettant sa confirmation en sonar reconstitué.

 « C’est le père de Bshannan, Shwafhna. » - Informa Zwyzy.

 La Colonelle Cétacée Vrsha se campa devant sa fille et lui demanda de leur narrer en détail sa relation avec cet « ermite fou » durant son long séjour arctique. L’Infante d’Aqua, future Princesse des peuples mammifères marins de Terra, installa ses cercles de girations autour du quatuor formé par ses parents, sa tante avec son beau ténébreux de fils, et elle commença son narrage, entrecoupé de chants baleines. Les auditeurs se régalèrent fort de cette saga haute en couleur. La description de l’épave du navire océanographique transformée en nid d’hivernage par Jdeyfsh arracha des larmes de rire aux deux Tursiops.

 « Bien ! « Birdie » est un nom bien dans l’esprit de ce mauvais garçon irlandais de Jdeyfsh ! Il me disait toujours : « lèves les yeux au ciel, Zwyz : Les oiseaux sont des crétins, mais ils ont une grande ressemblance avec les cétacés : ils doivent sans cesse se nourrir s’il veulent survivre. ».» - Crépita Zwyzy en entendant le nom de baptême choisi par son ex compagnon.

 Shwafhna poursuivait en imitant les couplets subaquatiques des géantes qui croisaient les sillages de Jdeyfsh avant qu’elles ne se décident à lui parler. – « Tursiops glacial – Ermite givré – Dauphin fou ! » - Chantait-elle. Les quatre auditeurs étaient charmés et admiratifs devant la qualité de son récit qui alternait savamment les langues et les modes d’expressions marins sans jamais lasser son public. La jeune barde bicolore omit volontairement de faire état de la longue visite que les Chartistes venus de Reykjavik avaient rendu il y’a peu à son ami/mentor gris. Jdeyfsh lui avait expressément demandé de taire cet épisode pour le moment.

 Une fois que sa fille leur eut raconté son long séjour arctique et celui de Jdeyfsh, l’orque femelle Vrsha échangea quelques minutes en sonar α–Crypté, dont elle était sûre que Shwafhna ne comprenait pas un traître sème/mot, avec les trois autres Implantés interfaces.

 - On l’envoie aux Kerguelen ? – On la laisse prendre le risque ? – émettait Krtk.

 - Je la crois, quand elle dit que les mégères du pôle Sud n’oseront pas s’en prendre à elle. – Envoya Vrsha comme réponse – Et toi Zwyzy ?

 - Moi aussi - On prendra contact avec ce responsable Cétacé glabre, ce « de la Barre » – Il faudra lui indiquer la meilleure voie pour l’Implantation de la petite. – Répondit la Tursiops.

 - D’accord…qui l’accompagne jusqu’au bassin ouest australien ? – Demanda Krtk.

 - Pas moi. – Fit Bshannan – Je suis attendu aux Célèbes Chimpes.

 - Mon congé prend fin dans deux semaines – C’est trop court. – Signala maman Vrsha. – Allez-y vous deux, et retrouvez-vous avec Bshannan au Centre Cétacé des Célèbes.

 Krtk se tourna vers sa fille aux magnifiques taches noires et blanches imbriquées comme dans une représentation du Yin/Yang.

 « Ta mère et le fils de Jdeyfsh et de Zwyzy retournent vers les îles britanniques, fille – Veux-tu que nous – clac – t’accompagnions jusqu’à – clek – l’Ouest du continent Australien ? »

 « Avec joie, père/Krtk. A bientôt mère/Vrsha ! » - émit en sonar la jeune orque en direction des deux cétacés qui déjà s’éloignaient en azimut nord.

 Une fois convenablement éloignés, Bshannan le Tursiops cliqueta à sa voisine orque : « Je diverge au sud-ouest, professeur Vrsha. Avez-vous un message pour le docteur Sherghi ? » - La maternelle baleine tueuse lui répondit en sonar :

 « Oui. Dis-lui que les Chimps comme lui mériteraient de vivre mille ans ! » - Chuinta t’elle en claquant ses fréquences sonores comme un riff de guitare avec effet larsen avant de caler le cap de ses nages sur la mer de Béring.

 

Posté par shaarka à 15:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur (l'interrègne)

Nouveau commentaire