15 janvier 2010

(songeries)

…Trois jours plus tard…..Bourg de Djuria (cavité 13)  -  Votam (Nuevo Tampico).

 

« Écoutez Zghirni, j’estime qu’il est inutile de vous acharner dans ce procès interminable et inepte. » - Lui avait dit Suong Nguyen un mois avant sa mort – « Dorénavant, dès lors que les Chimps de Terra se constituent ici en communauté souveraine, cela me parait franchement n’être qu’une perte d’énergie. ». Zghirni n’avait rien répondu sur le coup. Elle n’en faisait pas une affaire de « justice » et Ser Nguyen l’avait bien compris. Sur Mars, elle avait son cabinet, où elle recevait des Chimps. Elle aurait juste préféré pouvoir s’appuyer sur un diplôme validé avant de laisser des glabres, même verts et vaccinés, être « consultés » par ses soins.

 « J’étais encore indécise ! Consulter uniquement des patients de Schkoklan qui le demandaient me semblait plus prudent pour le moment…» - Songeait Zghirni en marchant à travers la petite bourgade. La mort et surtout les circonstances de la mort de la générale Nguyen avaient provoqué le déclic définitif dans sa décision actuelle de passer outre les oukases et les chicaneries de la Faculté de médecine de Bornéo/Kota Kinabalu.

 « Quoiqu’on fasse, malgré toute la stabilité intérieure du monde dont on dispose, acquise ou naturelle, les premières fois que l’on dit « entrez ! » à quelqu’un et qu’il s’assied ensuite dans l’intention de vous parler en tant que thérapeute, on balise et on se pose des questions. Sinon, il vaut mieux admettre que l’on est soit un peu con (Ce qui n’est pas contradictoire avec la fonction), soit un peu à la mauvaise place et au mauvais endroit ! » - Se rappela t’elle en songeant à ses premières « armes » de psychiatre. « Il y’a plusieurs premières fois et quelquefois, (certains praticiens apprécient ces moments, d’autres les redoutent), chaque patient est une première fois ! ». La Chimpe rit en solo sans faire de bruit et frappa à la porte. 

 « Entrez ! » - Entendit-elle, suivi d’une course rapide à l’intérieur. La porte s’ouvrit et une grande blacke mince aux yeux d’un noir intense de type érythréenne apparut dans l’embrasure.

 « Madame Hughes, enchantée. Entrez Docteur ! » - Lui dit-elle.

 Zghirni, comme toute les personnes Chimpes, mâles et femelles égaux entre eux sur ce point, pourrait vous décrire par le menu tout endroit fermé ou clos dans lequel elle avait été ne serait-ce qu’invitée à passer quelques moments dans l’année écoulée. Elle tâcha toutefois de rester concentrée sur son hôtesse qui marchait devant elle. Les humains martiens étaient collectivement beaucoup mieux adaptés aux Chimps Amélios que les glabres de Terra, et fureter du regard n’était point considéré comme outrageant chez eux, mais tout de même.

 « Mon mari revient dans quelques instants, il est sorti en courses avec notre fille. » - Dit la femme. De nombreux objets chimps attiraient l’attention dans cet intérieur constata la veuve de Sgharn. Toujours choisis avec goût et/ou en fonction de leur caractère utilitaire supérieur.

 « Vous appréciez ? » - Lui demanda, mutine, la haute humaine avant de lui ouvrir la « porte » du salon. Devant la tenture, Zghirn croisa le regard avec elle comme si elle avait été une chimpe. Voilà encore une possibilité socio qui était diablement agréable sur cette planète ! En cavité comme en Ruche.

 « Oui. Je suis de Terra, vous savez… » - Dit la visiteuse en découvrant ses canines.

« J’ignorais…Où étiez-vous ? » - Lui demanda poliment miss Hughes avec un geste élégant à sa chevelure tout en lui maintenant la tapisserie/tenture ouverte.

 « Loin de tout ! Dans un secteur morcelé et très agréable, ma foi…Un peu trop Chimp peut-être. » - Fit la visiteuse sans trop se mouiller.

 « Des îles ? Ou des monts ?» - Dit l’autre en réitérant son invitation à passer sous l’huis.

 « Des îles ! » - Dit Zghirn avant de s’engager. « Entre Philippines et Indonésie si je m’en souviens bien. ». La tenture retomba et elle se retrouva provisoirement seule dans le salon. Après l’incident des Célèbes qui avait vu, en dehors de son mari et de trois autres Singes, douze humains tomber sous les balles chimpes, Zghirni ne faisait état de son lieu de villégiature terrestre exact qu’après un petit moment d’évaluation…Parmi les humains fréquentés sur Mars, seuls Audeline Jonkmann et les praticiens de Schkoklan ayant eu un accès direct à son dossier savaient exactement qu’elle s’était trouvé là-bas, ce jour-là.

 La tapisserie de la porte se plissa en bordure du chambranle et une petite tête brune apparut.

 « B’zour, m’dame, t’es qui ? » - Dit l’apparition enfantine en Grec simiesque. Dans cette maison apparemment à moitié chimpe, ce fut sans formalisme que Zghirni répondit : « La mère de Jachra et aussi de Ferhn… ». Elle avait utilisé le vocable velu en dialecte simiesque martien, prononçant : « Morh » pour « mère ». De même, elle avait utilisé la déclinaison « et aussi » qui ne s’applique qu’à des jumeaux en grec et dans d’autres langues (Désinence du duel). La petite bouille disparut un instant, puis elle revint, au même endroit. (Ce que peu d’enfants glabres auraient su faire) : « Un p’tit garfon et une fille ? En même temps ? »

 « En même temps pareil ! » - Fit Zghirni avec le plus grand sérieux.

 Il y’eut un bruit de couverts agités qui provenaient d’une cuisine dans le couloir.

 « Hah ! » - Dit le gosse avant de refermer en extrayant sa bouille de la tapisserie.

 

La tenture s’ouvrit en grand et la maîtresse de maison revint avec son air de ne-pas-y-toucher.

 « Excusez-le, il est terriblement curieux de tout. » - Dit-elle.

 « Parfois, je me dis que je vais me consacrer entièrement à la pédopsychiatrie…Heureusement ou non, je préfère encore communiquer avec eux dans le quotidien. » - Répondit Zgirh.

 « Mon prénom est Harara. Dois-je vous appeler Docteur, docteur ? »

 Zghirni opina sans trop insister - « Pour l’instant, oui. » - Signala t-elle doucement.

 « Okay. » - La femme s’assit et elle croisa ses mains sur ses genoux.

 « Mon mari m’a dit que vous êtes une personne directe. Je constate une fois encore que son sens naturel ne l’a pas trompé.» - Dit-elle. La doctoresse, à ces mots, sursauta et elle lui dit :

 « Les sens ne sont pas là pour nous tromper, Harara. Ce serait trop facile si tel était le cas. »

 L’humaine sourit - « Voyons….Puis-je vous présenter ma fille, je l’entend qui est rentrée ? »

 Zgirhn fit signe que oui. Harara, puisque tel était son nom, tapa ses mains l’une contre l’autre.

 « Voici Lilith. » - Dit la mère avec une visible fierté, alors qu’entrait une longiligne jeune personne au teint bistre avec des cheveux d’un blond paille très particulier. La grande enfant regardait Zghirni avec d’immenses yeux d’ambre roux. Un visage tout à fait extraordinaire.

 « Bonjour, jeune personne d’exception... irais-tu chercher, afin de me le présenter, ton petit frère ? » - Ne put-elle s’empêcher de demander quand bien même la silhouette tranquille de celui qui - selon toute apparence, était celui qu’elle était venue visiter s’encadrait déjà dans l’ouverture de la tenture relevée. La haute enfant tourna casaque, et elle revint bientôt avec son frangin qu’elle tenait devant elle en protection de ses bras. « Voici Ylian, c’est lui mon frère, Morh Zghirni. » - Fit la sœur aînée avant de retourner l’enfançon et de disparaître avec lui dans le couloir. Leur père entra dans la pièce pour de bon.

 « Je vois qu’il n’y a plus personne dans cette maison, alors je m’installe. » - Dit l’homme en s’approchant de leur hôtesse. Zghirni, naturellement relevée, lui tendit la main par-dessus le canapé, à la mode de certains humains. Lewis s’en saisit et la serra amicalement.

 « Il n’y a pas de danger à redouter, monsieur Hughes. » - Fit Zghirni, avant de se rasseoir – «  Je sais plus ou moins qui est votre patron… ma belle-fille l’a croisé, non loin, en 2365…».

 « Voilà qui me rassure. Quoiqu’il n’aille pas bien du tout ! » - Répondit le père Hughes.

 « Pourquoi sinon, diable serais-je venue ? Irons-nous lui rendre une petite visite ? »

 Lewis se détendit - « Assurément. Mais avant cela, faisons un peu connaissance ! »

 « Je ne déteste rien tant que l’expression : Bien dressés ! À part la chose elle-même. » - Lança Harara. Elle était contente. Car, pour une fois, le congé de Lewis, qui travaillait selon le rythme hebdomadaire terrestre, coïncidait avec le rythme de douzaine des enfants. De plus, cette personne thérapeute velue qu’elle attendait avec plus d’angoisse qu’elle ne voulait bien le laisser voir, lui semblait aussi sympathique que ses amies Chimpes d’ici. Sherghi, le collègue Chimp de Lewis, amenait souvent des amies chez eux lors de ses visites et Harara, travailleuse sociale et éducative auprès des glabres du voisinage trouvait en général les Chimps très….reposants au quotidien ! La mère de famille Hughes commença à patiemment peigner ses cheveux sans plus se formaliser. Elle avait amplement préparé le « week-end » de congé de la famille en cuisine. Lilith et son esclave occasionnel de frère se chargeraient de les approvisionner….Lewis et son invitée commencèrent sans barguigner une conversation sur des sujets absolument autres que mister Paul/Gloan Newth. Zghirni était déjà conquise par ce noyau familial glabre qui lui semblait si bien naviguer entre intelligence et décontraction ! Il faudrait leur faire rencontrer Audeline un de ces jours – Songeait-elle. Elle cohabita durant une petite semaine avec eux avant de rentrer chez elle au Terrier Oméga Pi – alias Mégapi.

 L’ouvrier agricole Hugues, (agronome géniticien de formation) retourna tout d’abord en éclaireur à la Ferme Newth. Puis - quatre jours après - Zghirni, à son tour, se rendit à la cavité 13 de Votam. Cavité qui, avec son exploitation agricole à nulle autre pareille sur la planète rouge, commencerait presque à éclipser la cavité 20…avec son célèbre Cottage Gomez.

 ………………Ferme Newth…………………..

 En vertu du beau principe d’infusion, le simple fait que Lewis se sente mieux, soulagé, eut en ces quelques jours le mérite de calmer son patron dépressif. Gloan se remettait au travail de ci de là, s’occupant à droite ou à gauche, rangeotant, nettoyant les recoins oubliés. Il cessait de fureter partout pour rien. Sur les talons de son ouvrier pour commencer…et il mangeait à nouveau de façon un peu moins erratique. Quatre jours, donc, après la reprise de boulot du Rank 3 martien Lewis Hughes, 87 ans d’âge réel, aux alentours de l’heure du déjeuner - comme convenu - Zghirni Sgharnova, velue des Célèbes, se dirigeait à pied vers l’exploitation.

 « Tu connais cette personne qui s’amène, Lewis ? » - Demanda Gloan, les mains en coupe.

 Lewis fit mine de jeter un coup d’œil - « C’est une velue ! » - Di t-il.

 « Je le vois bien que c’est une Chimpe, Bon dieu ! Tu la connais ou pas ? »

 « Ouais…Elle est invitée chez moi. Elle s’appelle Zghirni, Paul. Et c’est une très chouette nana…Je vous conseille de ne pas trop faire le clown avec elle, Sir, c’est une sainte femme. »

 « Hell ! Les Chimps ont des saintes femmes – Nous sommes perdus ! » - Lança l’ancien.

 « Z’êtes con des fois, patron… » - Pouffa Lewis.

 « Ay, Ay. Je confirme… » - Fit le vieux Newth en grimaçant son assentiment.

 ……… (Cour de la ferme Newth, un petit quart d’heure plus tard)…………….

 « Bonjour maître. » - Fit Zghirni en s’inclinant avec légèreté devant Gloan.

 « Bonjour, maîtresse Zghirni. Je ne suis maître de rien du tout, depuis un moment. »

 « Puis-je, malgré tout entrer chez vous, me recevrez-vous ? »

 « Je vous y invite, madame.» - Le vieux Gloan s’inclina en poussant la porte.

 ……..… (Trois heures plus tard, maison de la Ferme Newth)…………………

 La longue table était encombrée des reliefs du buffet campagnard improvisé.

 L’ancien finissait d’évoquer son second ouvrier agricole, pour l’heure absent, le Chimp Sherghi et les excellentes relations qui unissaient ses deux travailleurs. Il était, sans le dire trop haut, très fier de la mission d’enseignement de quelques années que son employé velu avait réussi à décrocher à l’Université inter espèces de Londres.

 « Il m’a écrit que Kassandra n’allait pas bien la dernière fois qu’il l’avai t vue. Sans doute ai-je commencé à vraiment paniquer à partir de ce moment là…Il y’a onze mois. » - Expliquait-il.

 « Bien, nous avons beaucoup parlé, Sir. » - Signala son auditrice – « Ainsi donc selon vous, elle vous hait ? » - Revenant au fil rouge de leur discussion, Zghirni finissait son premier entretien d’évaluation avec Paul/Gloan Newth.

 « Je ne sais pas si elle me hait, madame. Je me borne à constater que Kassandra a coupé les ponts et qu’elle….me bat froid à chaque tentative de contact émanant de moi. »

 « Il y’en a donc eu ? »

 Gloan se renfrogna.

 « Peu…je le reconnais….je suis un horrible grognon ! »

 « Vous croyez cela ? » - Sourit Zghirni.

 « J’ai arrêté ce Chimp à l’esprit tordu et ….. »

 « Quel Chimp à l’esprit tordu, monsieur Newth ? » - Coupa la Doctoresse Sgharnova.

 « Ce Sir Kherlh. L’ancienne éminence grise de la Région Caldeira….Vous connaissez ? »

 « Assez bien, oui. Ma meilleure amie sur Mars et moi-même habitons au Terrier Ω π, tout à côté. Elle a rencontré ce monsieur : Sir Kherlh - maintes fois – elle lui doit sa fortune.»

 Paul/Gloan se sentait revenu dans le monde - « Elle est dans quelle partie, votre amie ? » - Demanda t’il.

 « Les Scaphandres Jonkmann ? : c’est elle. » - Informa la chimpe.

 Le vieux Newth faillit s’étouffer au souvenir du scaph pour touriste qu’il avait endossé avec tant de répugnance - « J’ai pratiqué…Une maison sérieuse et réputée...quand elle le veut ! En somme, elle l’appréciait, si je comprends bien… »

 Zghirn ne répondit pas d’une façon directe. « Pourquoi donc cet emploi de l’imparfait ? Sir Kherlh est encore vivant, monsieur, même s’il ne se trouve pas pour l’heure parmi sa communauté d’origine…et pour cause….. Accepteriez-vous de venir avec moi au Terrier Oméga Pi, monsieur Newth? » - Demanda t’elle par surprise au vieil homme.

 « Quelle drôle d’idée ! » – sursauta Gloan – « Je suis sensé trouver ça….thérapeutique ? »

 « Je ne m’occupe pas à proprement parler de vous sur un plan psychothérapeutique, monsieur Newth. Parce que vous le refusez… profondément ! Je me contente de vous faire une offre de personne à personne…une offre réciproque. J’aimerais vraiment beaucoup rencontrer moi-même certaines des personnes dont vous m’avez parlé il y’a quelques instants, et aussi vous en présenter d’autres…Vous acceptez ou pas ? Je m’en retournerais chez moi sans bruit, dans le cas contraire. Honnêtement, cela m’ennuierait beaucoup. »

 « Lewis dit de vous que vous êtes une sainte… directe….» - Essaya malicieusement le vieux.

 Zghirni regarda l’ouvrier qui tentait de s’éclipser sans se faire remarquer après avoir plié son couteau. Gloan avait parlé haut et fort, exprès. Lewis rougit avant de se retourner vers eux.

 Soupirant, il secouait la tête devant son patron. « Toi, tu n’en rates vraiment jamais aucune. » - Disait ostensiblement son regard. La Dr velue Sgharnova posa sa large main, aussi forte que celles d’un l’humain, sur l’épaule de l’ex Surfacier. Le vieux tourna des yeux étonnés vers elle. La Chimpe sourit, songeant que, sûrement, son ouvrier Sherghi ne le touchait jamais ainsi. Son long bras tenait la tension musculaire d’une assurance calme.

 Elle ne travaillait pas pour lui, elle. Zghirni ne se sentait pas obligée de toujours en tous lieux respecter l’étiquette qui prévalait entre glabres et velus sur cette planète forée de mille trous. Elle n’était pas là pour ça…Elle affermit au contraire son emprise sur son épaule et la secoua amicalement. Les chimpes femelles faisaient cela lorsque quelqu’un - peu importe qui - leur semblait exagérer sans pour autant avoir voulu être hostile. Son autre bras en appui, coude sur la table, une joue sur sa main pliée, elle riait de tous ses crocs : « Lewis veut sans doute dire une Mo…Je ne suis pas une Mo, monsieur Gloan, je suis une Chimpe vivante, c’est tout. Qui a charge de deux jeunes enfants. Donnez-moi votre réponse quand je reviendrai, je sors me promener dans votre Ferme, si adorable qu’elle semble la Terre.» - Dit-elle au vieil homme.

 Lewis, à présent ressorti, avait laissé la porte grande ouverte par laquelle la lumière vive de la cavité en ce début d’après-midi entrait à flots. La velue, dans sa robe légère et son pantalon d’indienne se précipita sur les traces du grand glabre blond en quelques bonds lestes, plantant là le patron de la Ferme Newth, bouche bée. « Eh ben ça !... » - Se dit le dernier occupant de la salle à manger. Après un moment d’expectative, il se leva et alla regarder aux Vaevs si – (« des fois, criss ! »)- Moïrah/Sorah Adams ne se trouverait pas du côté de la Région Caldeira en ce moment. La petite druidesse rousse était bien en poste à la Cavité K 37.

 

Posté par shaarka à 15:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur (songeries)

Nouveau commentaire